logo
A powerful architecture & Construction theme. Construct your website in the perfect Ratio.
Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula

Projet Kampus 137 – CREVIN (35)

SPHERE a le plaisir d’accompagner Antoine Cochet dans la réalisation du projet Kampus 137 situé à Crevin (35)   Construit en 1991 par Jean Cochet, le bâtiment de Crevin a abrité pendant 15 ans son entreprise de transports routiers, les Transports Cochet, avant d’être loué à différentes entreprises industrielles. En 2015, les locaux se sont retrouvés vacants. Après avoir vécu plusieurs années à l’étranger, son fils, Antoine Cochet, a décidé de redonner vie au site. La visibilité du site en bordure de l’axe Rennes- Nantes et sa facilité d’accès et de stationnement lui a permis d’envisager la création d’un pôle complet de loisirs, regroupant des activités variées et un service de snacking.   L’idée de parc de loisirs était née: KAMPUS 137. Pour permettre la réalisation du projet, le bâtiment très dégradé par son inutilisation et par les différents locataires, nécessite une forte rénovation et un changement de destination pour accueillir cet établissement recevant du public. Antoine Cochet a choisi la société SPHERE, pour lui permettre d’avoir un interlocuteur unique apte à piloter les différents intervenants (Bureau de contrôle, Architecte, Service de prévention du SDIS, Entreprises) et lui apporter des conseils sur l’ensemble des sujets propres à la transformation d’un bâtiment. L’idée centrale de KAMPUS 137 est la multi activités : le regroupement, sous le même toit, d’activités différentes, permettant à plusieurs générations de passer un moment de détente ensemble. Ces activités sont : – Un trampoline Park de 800 m², avec Dodgeball, FoamPitt et SlamDunk – Un parcours ninja de plus de 12m. – Un pôle d’escalade ludique avec 11 challenges. – Une plaine de jeux inédite en Ille et Vilaine. Du fait de leur diversité, ces activités s’adressent aussi bien aux enfants, aux adolescents et aux adultes.

Thomas Guilbert

Pas de commentaires

Poster un commentaire